Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • : Blog d'informations et de contact avec le collectif CGT du Bassin de Châteaulin.
  • Contact

2015

Recherche

2014

 

Archives

2013

4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 19:14
RASSEMBLEMENTS CONTRE LES VIOLENCES ANTI CGT

Les violences qui ont eu lieu lors de la manifestation du 1er mai à Paris sont inadmissibles et c'est bien notre organisation, la CGT, qui a été visée et attaquée.

Le collectif CGT du bassin de Châteaulin apporte tout son soutien et son amitié fraternelle à nos camarades qui ont été blessés.

Quand on s'attaque à des camarades de la CGT, c'est toute la CGT qui est attaquée!

Nous vous proposons de participer nombreux aux différents rassemblements prévus sur le Finistère, afin de protester contre toute forme de violence et de haine.

A QUIMPER : Jeudi 6 mai à 17 h 30 devant la préfecture.

A BREST : Vendredi 7 mai à 12 h devant la sous préfecture.

A CARHAIX : Jeudi 6 mai à 11 h 30 devant l'UL.

A MORLAIX : Jeudi 6 mai à 17 h 30 devant l'UL.

A PONT-L'ABBE : Jeudi 6 mai à 18 h devant l'UL.

A QUIMPERLE : Samedi 8 mai à 11 h square Liskaër.

 

 

 

 

 

 

           

 

 

Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 19:01

Prise de Parole engagée et mobilisatrice de Gildas Le Goff

Marie Le Berre nous a rappelé les luttes et mobilisations du Collectif CGT du Bassin de Châteaulin depuis plus de 20 ans avec ses anecdotes et ses moments de convivialité. Marie termina son intervention par une pensée émue à Alain Le Berre qui a participé activement à la création et à l'animation du collectif CGT de Châteaulin et qui restera à jamais dans le cœur de tout les camarades.

Défilé sous le soleil

Comme tous les ans, le Collectif de Châteaulin a montré une fois de plus l'intérêt de cette passerelle en lui donnant une utilisation syndicale, les camarades ont profité d'une superbe vue sur l'Aulne sous un soleil radieux

Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 20:46

1er mai 2021 : Ensemble pour les droits sociaux et les libertés

 

Le 1er-Mai est une journée qui unit internationalement les travailleurs et travailleuses avec leurs organisations syndicales. Le progrès des droits sociaux et des garanties collectives est conditionné à ce que tous les peuples puissent vivre en paix et disposent des libertés individuelles et collectives indispensables à leur développement.
Depuis plus d’une année, la pandémie liée à la Covid bouleverse la vie, le travail, les libertés individuelles et collectives des populations sur tous les continents.
En France, le 1er-Mai, journée internationale des travailleurs et travailleuses va, une nouvelle fois, se dérouler dans un contexte de crise sanitaire.
La persistance de la circulation des virus est rendue plus alarmante par l’insuffisance des moyens de notre système de santé publique, moyens matériels et humains particulièrement dans les services de réanimation mais aussi dans les établissements hospitaliers, médicaux sociaux ou encore dans les déserts médicaux.
Ce constat indéniable de difficultés d’accès aux soins trouve ses causes dans des choix budgétaires visant à faire toujours plus d’économies.
Cette crise sanitaire se double d’une crise économique et sociale très grave malgré les dispositifs mis en œuvre et malgré la solidité de notre système de protection sociale.
Pourtant, l’emploi et les salaires sont affectés et pourraient l’être durablement. L’incertitude quant au redémarrage de l’activité de nombreux secteurs, à l’arrêt ou au ralenti depuis des mois, et aux conséquences à plus long terme, gagne.
De trop nombreux plans sociaux, de restructurations injustifiées, de délocalisations d’activités avec leur cortège de suppressions d’emploi sont en cours. Beaucoup d’entreprises ont pourtant bénéficié d’aides publiques importantes sans aucune contrepartie.
La précarité et la pauvreté gagnent du terrain en particulier chez les jeunes et les salariés fragilisés par des contrats à durée déterminée. De plus en plus, émerge le sentiment d’une génération sacrifiée. 
La réforme de l’assurance chômage, rejetée par toutes les organisations syndicales et qui n’a d’autre but que de faire de nouvelles économies, est poursuivie.
Elle pourrait pénaliser plus 1,7 millions de demandeurs d’emploi, parmi eux les plus précaires et particulièrement les plus jeunes.
Nos organisations CGT, FO, FSU et Solidaires appellent toutes les travailleuses et travailleurs à se saisir du 1er-Mai, partout en France, pour en faire une journée de mobilisation et de manifestation, pour s’engager avec détermination pour l’emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde.
Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 20:15

La CGT appelle au rassemblement le 1er mai à ChâteaulinGildas Le Goff, Elsa Naudet et Marie-Annick Le Berre, du collectif CGT du bassin de Châteaulin, appellent au rassemblement le 1er mai. Un historique sera retracé pendant les prises de parole.

Samedi 1er mai 2021, le collectif CGT du bassin de Châteaulin appelle au traditionnel rassemblement. Cette année, le défilé fête ses 20 ans dans la cité de l’Aulne.

Marie Le Berre, Gildas Le Goff et Elsa Naudet.

Marie Le Berre , Gildas Le Goff et Elsa Naudet représentants du Collectif CGT de Chateaulin : cheville ouvrière de ce nouveau défilé du 1er Mai. Après un 1er mai au balcon en 2020, soyons nombreux dans les rues de Chateaulin.

Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 12:55
1e r-Mai. La réforme territoriale inquiète la CGT
1e r-Mai. La réforme territoriale inquiète la CGT

Le TELEGRAMME 2 mai 2018  par Dimitri L'hours

 

Environ 90 personnes ont manifesté, ce mardi matin, à l'appel de la CGT, à l'occasion de la Fête du Travail. Dans le viseur des personnes rassemblées, la politique sociale du gouvernement mais aussi quelques sujets de préoccupation plus locaux, comme la fusion de la Presqu'île de Crozon et de l'Aulne maritime avec Brest Métropole.

La CGT avait appelé les jeunes à manifester avec elle, pour le mardi 1e r -Mai : l'invitation n'a, hélas pour le syndicat, pas été entendue par les étudiants ou même les lycéens. Environ 90 personnes, pour l'immense majorité actives ou retraitées, se sont rassemblées sur la place de la Résistance, entre 10 h 30 et 11 h, pour participer au traditionnel défilé de la Fête du Travail dans les rues de la ville. Une mobilisation conforme à celle observée les années précédentes. Dans les rangs des manifestants, on remarquait quelques drapeaux de La France Insoumise, du Parti communiste français. Quelques élus locaux d'opposition, aussi, comme Jean-Paul Urien ou Martine Fagon. En revanche, pas de trace d'autres syndicats que celui de la CGT. Au coeur des préoccupations des manifestants, des sujets nationaux, avec en ligne de mire la politique du gouvernement d'Édouard Philippe, condamnée de part et d'autre, à commencer par la réforme de la SNCF.

« Un service public qui se dégrade »


« La République en Marche dans son ensemble ose nous dire que la réforme est indispensable, que la dette est trop importante et que la seule solution est l'ouverture à la concurrence et la suppression du statut des cheminots. Il ne faut pas être dupe : cela ne résoudra rien, bien au contraire. Le seul résultat possible, c'est la fermeture des lignes non rentables et nous sommes directement concernés avec la ligne TER Quimper-Landerneau », peste Marie Le Berre au micro, critiquant « un service public rendu à la population qui se dégrade de jour en jour ». « De manière générale, on voit bien que les différentes attaques contre les services publics, notre bien commun, notamment en milieu rural, sont bien une volonté de livrer l'ensemble de ces services aux appétits voraces du capitalisme ».

 

Et de citer une litanie de services ayant disparu de Châteaulin et de ses environs : « l'équipement à Châteaulin, le tribunal, la boutique France Télécom, la gare de Pont-de-Buis »...

Des agents territoriaux sans certitudes


Dernière crainte en date pour la CGT : la fusion envisagée entre la communauté de communes Presqu'île de Crozon - Aulne Maritime (CCPCAM) avec Brest Métropole. Un processus qui, selon certains agents territoriaux présents mardi matin, pourrait impacter leur activité. « Roger Mellouët, le maire de Pont-de-Buis, nous a annoncé (aux agents municipaux du service voirie et espaces verts de Pont-de-Buis, NDLR) qu'il ne savait pas où nous allons travailler à partir du 1e r janvier 2019 et la mission que nous effectuerions en cas de fusion avec Brest Métropole. Cela pose des questions sur la vie familiale des agents ou encore sur la qualité du service qui sera rendu à la population des communes concernées », s'inquiètent Gildas Le Goff et Éric Morvan, agents territoriaux pont-de-buisiens concernés au premier chef par le sujet. « Cela donne l'impression que la question de la fusion est en train d'être réglée sans consultation. C'est problématique à la fois comme employé municipal mais aussi comme citoyen. Lorsque nous avons voté en 2014, c'était pour la communauté de communes de l'Aulne maritime. Pas pour la Communauté de communes de la presqu'île de Crozon et pas non plus pour Brest Métropole ». Pour rappel, une étude d'opportunité quant à une fusion entre la CCPCAM et Brest Métropole est actuellement en cours. Cette fusion, vivement souhaitée par le président de la CCPCAM et maire de Crozon, Daniel Moysan, est contestée par plusieurs élus communautaires, dont Roger Mellouët. Plusieurs maires des communes de l'intercommunalité souhaitent voir le dossier de la fusion reporté aux prochaines élections municipales, en 2020. Voilà qui pourrait apporter de l'eau à leur moulin.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 12:48
La CGT appelle à la mobilisation pour le 1er-mai

Ouest France le 30/04/18

 

Mardi 1er mai, journée de lutte et de mobilisation pour le progrès social, sera placé sous le signe de la solidarité envers les cheminots et la paix entre les peuples.

Pour le collectif CGT du bassin de Châteaulin, les revendications restent les mêmes d'une année à l'autre : amélioration de la protection sociale, réduction du chômage, augmentation des salaires, sauvegarde des services publics, égalité hommes-femmes, dialogue social...

Comme l'a souligné Marie Le Berre, l'actualité locale a de quoi inquiéter : les mauvaises nouvelles chez Doux, la fermeture programmée des services de proximité, la réforme territoriale, la fusion des communes...

 
 

Un rassemblement est prévu à 10 h 30, place de la Résistance. Sont appelés à participer à cette manifestation les jeunes, les lycéens, les salariés du public et du privé, les retraités.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 18:54
1e r-Mai. La CGT tire à boulets rouges sur la politique du gouvernement

Le TELEGRAMME du 29 avril 2018

 

La défense des travailleurs et du service public sera, cette année encore, le mot d'ordre de la CGT pour son traditionnel défilé du 1e r-Mai, mardi. Le syndicat est plus que jamais remonté contre le gouvernement en place.

Le 1e r-Mai a beau être indissociable du muguet, la CGT ne dit pas ce qu'elle pense de la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement avec des fleurs. À l'approche de son traditionnel défilé de la Fête du Travail, qui partira de la place de la Résistance, à 10 h 30, mardi, le syndicat est remonté comme jamais.

« Libéralisme le plus débridé »


« Avec Emmanuel Macron, nous vivons dans une société du libéralisme le plus débridé. Un système consumériste qui entraîne le mal-être des gens », tance Jean-François Oger, de la section cégétiste châteaulinoise. « Regardez le CICE : il était censé favoriser l'emploi, on a donné des milliards aux entreprises françaises. La Poste, où je travaille, a reçu 300 millions d'euros à ce titre et licencie tous les jours des salariés », embraye Marie Le Berre. « Les salariés n'ont jamais été aussi mals. On nous met plus bas que terre ! », poursuit celle qui indique gagner « 1.600 € au bout de trente-cinq ans de carrière. Et après, on ose traiter les fonctionnaires de nantis ? ».

 

Gare à la « peste brune »


La défense des fonctionnaires et du service public, en pleine grève des cheminots, sera bien entendu au coeur des revendications exprimées, mardi, par la CGT. D'autres événements récents motiveront également les manifestants à battre le pavé en cette journée symbolique. « Nous appelons tous les élus locaux et les autres syndicats à se joindre à nous, bien sûr, mais aussi les jeunes et les étudiants. Nous pourrons même les placer en tête de cortège s'il le faut », indique Jean-François Oger. Des étudiants qui, pour certains, sont en ce moment mobilisés contre la réforme de l'accès à l'université. « Lorsqu'on voit le nombre de CRS déployés pour virer les occupants des universités, tandis qu'on laisse des identitaires faire la police dans les Alpes pour chasser les migrants, il y a de quoi s'étrangler », s'insurge Marie Le Berre. Pour les différentes personnes autour de la table, il n'y a pas de doute : « La peste brune » est de retour. « Notre crainte, c'est ce fatalisme, cette résignation au sein de la société. On le sent d'année en année. Les gens ont peur de perdre ce qu'ils ont déjà. J'ai envie de reprendre ce que disait Stéphane Hessel : " Indignez-vous ! " et surtout " Engagez-vous ! " », exhorte Marie Le Berre. « Parce qu'aujourd'hui encore, l'extrême-droite reste un réel danger ». Les propos font sonnent comme un écho à ceux tenus en 2017 : à l'époque, le mot d'ordre de la CGT était « Faisons barrage au Front national », en plein entre-deux tours des élections présidentielles.

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 17:48

Le 1er Mai est une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative pour les droits des travailleur·se·s, le progrès social, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

C’est aussi l’occasion de poursuivre la lutte engagée pour l’augmentation des salaires et pensions, la protection sociale, le service public et des garanties collectives de haut niveau.

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses luttes sont menées sur l’ensemble du territoire.

Qu’il s’agisse:

• de la mobilisation unitaire des agents de la SNCF qui portent un projet alternatif pour un véritable service public ferroviaire, lequel répond aux exigences de développement du territoire et d’accès aux services publics et à l’emploi, à la préservation de l’environnement. Ce projet est en opposition à la libéralisation du secteur ferroviaire, portée par le gouvernement et dont les méfaits sont connus et reconnus dans de nombreux pays l’ayant mis en œuvre ;

• des actions unitaires des personnels des Ehpad;

• des différentes luttes dans les établissements de

santé, du secteur public comme du privé;

• de la mobilisation des salarié·e·s de Carrefour contre le dépeçage du groupe, conséquence de choix stratégiques bornés à une rentabilité court-termiste;

  • du mouvement revendicatif engagé dans les trois versants de la fonction publique;
  • des revendications salariales portées par les 13 organisations syndicales d’Air France;
  • des retraité·e·s contre l’augmentation de la CSG et le gel des pensions;
  • des lycéen·ne·s et étudiant·e·s qui s’opposent à la réforme de l’université et notamment au dispositif «Parcours Sup».

On recense également de nombreuses luttes sur l’ensemble du territoire et dans diverses professions, dont beaucoup sont victorieuses : transports urbains de Metz, agents territoriaux de Tours Métropole, SKF à Valdunes (59)...

Ces dernières démontrent que le «Tous ensemble»

n’est pas qu’un slogan et que la lutte paie: l’alternative est possible.

Le gouvernement et le patronat ne peuvent continuer

de faire la sourde oreille aux nombreuses revendications, contre les reculs sociaux imposés au nom de l’austérité et pour un autre partage des richesses.

C’est pourquoi la CGT appelle, dans l’unité la plus large, les salarié·e·s, les privé·e·s d’emploi, les retraité·e·s, les jeunes, les étudiant·e·s, les citoyen·ne·s à défiler le 1er mai, dans l’une des nombreuses manifestations en territoire, pour porter leurs revendications dans un monde de progrès social

 

 
Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 08:18

Mesdames, messieurs,

 

 

La réouverture de la ligne ferroviaire entre Quimper et Brest est pour nous l'occasion de vous faire un point sur la situation du service public ferroviaire en Finistère.

La CGT est porteuse d'une vision de l'aménagement du territoire solidaire et durable ; Ainsi nous portons des propositions d'organisation des transports basées sur la complémentarité entre les différents modes plutôt que sur la concurrence.

La CGT a d'ailleurs soutenu   la régionalisation des transports TER qui depuis sa mise en œuvre en 2002 a permis de relancer durablement cette activité. Ainsi en Bretagne des investissements massifs  ont été réalisés par la Région sur fond propre ou dans le cadre des Contrats de Plans Etat-Région. Cela a permis de moderniser le réseau ferroviaire mais aussi l'acquisition de matériels TER  modernes avec des résultats sensibles tant en matière de fréquentation qu'en terme d'offre ferroviaire en Bretagne.

C'est d'ailleurs dans ce cadre que viennent d'être réalisés les travaux de rénovation de la ligne entre Quimper et Brest. Cela permettra dès le 10 décembre prochain de relier à nouveau Quimper à Brest en 1h14.

La CGT porte depuis de nombreuses années la nécessité pour nos territoires de maintenir des services publics structurants pour nos territoires. Des interpellations d'élus, d'associations d'usagers, de voyageurs tout comme les actions menées par les cheminots ont permis notamment le maintien  de cette ligne ferroviaire indispensable notamment en ce qu'elle constitue une alternative crédible à la route en cohérence avec les objectifs de préservation de l'environnement et de sécurité pour les usagers transportés.  Si sa rénovation est désormais réalisée reste que sa modernisation demeure à l'ordre du jour.

En effet développer l'offre sur cet axe nécessiterait de nouveaux investissements notamment pour permettre de diminuer le temps de parcours mais aussi la mise en place d'une desserte étendue à de nouvelle villes notamment vers l'aquitaine via Nantes.

En outre, pour garantir la sécurité, la sureté et l’information des voyageurs, reste posée la question du maintien de la présence humaine à bord des trains, dans les gares, tout comme aux guichets de vente.

 

Des travaux de modernisation étaient initialement prévus en 2014 sur la ligne Quimper-Landerneau. Ils permettaient de doubler le trafic TER avec la création d'une double voie entre Landerneau et Hanvec et de réduire le temps de parcours Quimper-Brest à 59 min contre 1H14. Malheureusement ces travaux attendus ont été reportés à 2015 avant d'être annulés et reportés sine die.

Alors pourquoi la modernisation de cette ligne est-elle bloquée?

Les décisions politique tant au niveau national qu'européen menacent clairement la présence à long terme du service public ferroviaire et risque d'anéantir les investissements réalisés  par la Région et les autres collectivités locales pour maintenir voir développer des offres de transports alternatives à la route. En effet la baisse drastique des dotations de l'Etat vers les collectivités effectuées ces dernières années et malheureusement confirmées à hauteur de 13 milliards d'euros par l'actuel gouvernement compromet l'avenir pour des milliers de  personnes dans nos territoires.

En outre, l'Etat comme la commission européenne veulent imposer l'ouverture à la concurrence du TER dès 2019, ce qui risque de conduire à l'abandon des lignes jugées non rentables. Cette position idéologique n'a pour but que de créer des marchés privés aux mains d’un petit nombre d’entreprises pour reporter les contributions publiques vers les actionnaires de celles-ci. Les assises de la mobilité qui se tiennent actuellement en France dans la plus grande opacité déboucheront sur une nouvelle loi d'orientation des mobilités intérieures dite LOMI favorisant la mise en concurrence des différents modes de transport en lieu et place de leur nécessaire mise en complémentarité.

Pour la CGT le développement économique de la Région Bretagne et in fine du Finistère passe par un service public capable de répondre aux besoins de transports. Nos territoires bénéficieront d'un réel développement que si un service public efficient et efficace est maintenu en réponse aux besoins des usagers.

Ensemble participons au rassemblement avec la CGT le dimanche 10 décembre 14h00 à la gare de Châteaulin et exigeons:

 

  • Une vraie modernisation de la ligne Quimper - Landerneau de relier Quimper à Brest en 59 min et de doubler le trafic des trains permettant TER avec un programme d’investissement plus ambitieux ;

 

  • La réhumanisation des gares et des trains ;

 

  • L’ouverture des guichets du premier au dernier train dans chaque gare ;

 

  • Une accessibilité à l’ensemble des trains pour tous les citoyens ;

 

  • Le développement du TER, des Trains d’Equilibre du Territoire (Brest-Quimper-Bordeaux) et du Fret ferroviaire.

                      Pour contacter la CGT : ud29@cgt.fr et tel : 02 98 44 37 55 

Partager cet article
Repost0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 13:19

 

Au conseil municipal de la semaine dernière, Piero Rainero a présenté un vœu sur la défense de la gare de Quimper en soutien à la mobilisation des cheminots CGT contre les suppressions de guichets et d'emplois, et les restrictions d'ouvertures au public.

Ce vœu a été rejeté par la majorité municipale LR, il n'a recueilli que les voix de l'opposition.

 

 

Proposition de vœu au Conseil Municipal du jeudi 9 novembre 2017 par M. Piero Rainero
Conseiller Municipal conformément à l'article 2.2.7 du règlement intérieur.
À l'intention de Monsieur Guillaume Pépy, Président de la SNCF.
Alors que la fréquentation de la gare de Quimper est en hausse avec l'arrivée de la LGV, la
direction de la SNCF a décidé de réduire le nombre de ses guichets de 5 à 3, de les fermer le
dimanche et d'en restreindre les horaires d'ouverture au public en semaine avec notamment une interruption à midi.
Cette dégradation brutale de l'accueil et de l'accompagnement des voyageurs dans la ville préfecture porte atteinte à la qualité du service public.
Elle survient alors que les boutiques SNCF de Concarneau, Douarnenez et Pont-l'Abbé ont
définitivement fermé, comme celle de la galerie Géant à Quimper.
De tels choix, qui vont entraîner la suppression du quart des postes de guichetiers, 3 sur 12, auront des conséquences négatives pour le service rendu aux usagers comme pour les conditions de travail et d'emploi des personnels.
Cette diminution de la présence humaine va se traduire par l'allongement des temps d'attente pour les voyageurs, plus de stress et moins de sécurité pour tous ceux qui fréquentent la gare de Quimper ou y travaillent.
La dématérialisation de la vente des billets ne peut, d'aucune façon, remplacer la compétence
professionnelle des cheminots en termes d'information et de conseil aux voyageurs sur les trajets, les tarifs, de plus en plus opaques, les droits à réductions, les possibilités de remboursement, échange, annulation etc....
De plus, nombreux sont les Français qui n'ont pas un accès personnel à internet, plus de 8 millions en 2016 selon une enquête du Crédoc, ou sont en difficulté pour l'utiliser.
Et ce sont souvent ceux pour qui le train est le seul mode de déplacement possible, personnes en situation de précarité, âgées, malvoyantes...
Cette déshumanisation de la relation avec les usagers est un facteur d'exclusion sociale, toutes les études le montrent. Et est particulièrement dommageable dans une région comme la Cornouaille dont la population vieillit.
L'activité de la gare de Quimper est un atout économique pour notre région.
Il n'est pas possible d'accepter que la qualité des services qui y sont mis à disposition du public soit ainsi dégradée dans le même temps où la ville de Quimper a décidé d'engager, autour de la gare, un grand chantier de rénovation.
En conséquence, le Conseil Municipal demande à Monsieur le Président de la SNCF d'annuler ces mesures, d'engager le dialogue avec les syndicats des personnels, les associations de voyageurs, et la municipalité pour améliorer le service rendu aux usagers dans le respect des conditions de travail et d'emploi des cheminots.

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0