Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • : Blog d'informations et de contact avec le collectif CGT du Bassin de Châteaulin.
  • Contact

2015

Recherche

2014

 

Archives

2013

29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 18:54
1e r-Mai. La CGT tire à boulets rouges sur la politique du gouvernement

Le TELEGRAMME du 29 avril 2018

 

La défense des travailleurs et du service public sera, cette année encore, le mot d'ordre de la CGT pour son traditionnel défilé du 1e r-Mai, mardi. Le syndicat est plus que jamais remonté contre le gouvernement en place.

Le 1e r-Mai a beau être indissociable du muguet, la CGT ne dit pas ce qu'elle pense de la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement avec des fleurs. À l'approche de son traditionnel défilé de la Fête du Travail, qui partira de la place de la Résistance, à 10 h 30, mardi, le syndicat est remonté comme jamais.

« Libéralisme le plus débridé »


« Avec Emmanuel Macron, nous vivons dans une société du libéralisme le plus débridé. Un système consumériste qui entraîne le mal-être des gens », tance Jean-François Oger, de la section cégétiste châteaulinoise. « Regardez le CICE : il était censé favoriser l'emploi, on a donné des milliards aux entreprises françaises. La Poste, où je travaille, a reçu 300 millions d'euros à ce titre et licencie tous les jours des salariés », embraye Marie Le Berre. « Les salariés n'ont jamais été aussi mals. On nous met plus bas que terre ! », poursuit celle qui indique gagner « 1.600 € au bout de trente-cinq ans de carrière. Et après, on ose traiter les fonctionnaires de nantis ? ».

 

Gare à la « peste brune »


La défense des fonctionnaires et du service public, en pleine grève des cheminots, sera bien entendu au coeur des revendications exprimées, mardi, par la CGT. D'autres événements récents motiveront également les manifestants à battre le pavé en cette journée symbolique. « Nous appelons tous les élus locaux et les autres syndicats à se joindre à nous, bien sûr, mais aussi les jeunes et les étudiants. Nous pourrons même les placer en tête de cortège s'il le faut », indique Jean-François Oger. Des étudiants qui, pour certains, sont en ce moment mobilisés contre la réforme de l'accès à l'université. « Lorsqu'on voit le nombre de CRS déployés pour virer les occupants des universités, tandis qu'on laisse des identitaires faire la police dans les Alpes pour chasser les migrants, il y a de quoi s'étrangler », s'insurge Marie Le Berre. Pour les différentes personnes autour de la table, il n'y a pas de doute : « La peste brune » est de retour. « Notre crainte, c'est ce fatalisme, cette résignation au sein de la société. On le sent d'année en année. Les gens ont peur de perdre ce qu'ils ont déjà. J'ai envie de reprendre ce que disait Stéphane Hessel : " Indignez-vous ! " et surtout " Engagez-vous ! " », exhorte Marie Le Berre. « Parce qu'aujourd'hui encore, l'extrême-droite reste un réel danger ». Les propos font sonnent comme un écho à ceux tenus en 2017 : à l'époque, le mot d'ordre de la CGT était « Faisons barrage au Front national », en plein entre-deux tours des élections présidentielles.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires