Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • : Blog d'informations et de contact avec le collectif CGT du Bassin de Châteaulin.
  • Contact

2015

Recherche

2014

 

2013

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 05:20

LIGNE QUIMPER-LANDERNEAU MENACEE !!!

Les cheminots CGT de Quimper et Brest ont décidé d’une action samedi 20 septembre à la gare de Châteaulin à partir de 12h00.

En effet, des festivités sont prévues par la SNCF, le Conseil Régional et les autorités locales dans le cadre des 150 ans de l'arrivée du train à la gare de Châteaulin.
Dans le même temps où la réforme ferroviaire et toutes les politiques menées n’ont pour ambition que de privilégier les grands axes de transport au détriment des lignes secondaires dites "en antennes" comme Quimper / Landerneau… cet anniversaire est célébré sous de mauvais auspices !!!!

Des travaux de modernisation étaient initialement prévus cette année 2014. Ils permettaient de doubler le trafic TER avec la création d'une double voie entre Landerneau et Hanvec et de réduire le temps de parcours QR-BT à 59 min contre 1H14 aujourd'hui.
Ces travaux ont été reporté à 2015 avant d'être annulés ou reportés aux calendes grecques. Le Contrat de Projet Etat Région avec la participation du département du Finistère avait inscrit un budget de 75 millions d'euros pour cette modernisation dont 5 millions d'euros d'études ont déjà été engagés. Pour finalement décider de ne rien faire. C'EST SCANDALEUX !

En attendant la ligne continue de se dégrader et des réductions de vitesse permanentes se multiplient rallongeant le temps de parcours (60 km/h au lieu de 100 entre Chateaulin et Quemeneven, 80 km/h au lieu de 120 entre Quemeneven et Quimper).
Ce 17 Septembre après le passage d'un engin de l'Infrastructure relevant les défauts interne et de géométrie de la voie, pas moins de 7 ordres de réduction de vitesse ont été remis aux conducteurs. Cela dénote la dégradation catastrophique et dangereuse de la voie.

A ce rythme il faudra bientôt plus de temps pour relier le Finistère Nord au Finistère Sud que pour relier Paris.

Enfin, depuis Janvier 2014, au prétexte des travaux sur la région, de nombreuses correspondances n'existent plus entre la ligne Quimper - Landerneau et la ligne SUD (Quimper - Rennes et Nantes). Cette situation dégrade fortement le service public ferroviaire et tend à déconnecter cette ligne du réseau SNCF. Aussitôt le syndicat CGT cheminots Quimper a alerté par courrier le directeur de région SNCF avec copie au vice président chargé des transports du conseil régional.

Alors avant de décider de la création de nouvelles lignes pour 2030 dans le cadre de Bretagne à Grande Vitesse et de dépenser 3 milliards d'euros supplémentaires pour gagner 10 min entre Quimper et Paris qui ne répondent pas aux besoins quotidiens des usagers du TER,  TET (train corail) et chargeurs Fret Bretons. Modernisons dès aujourd'hui les lignes secondaires qui assurent un bon maillage du territoire et un service public ferroviaire de qualité.

Comme l’année dernière pour les 150 ans de la gare de Quimper, les cheminots CGT ont décidé de s’inviter à la fête et appellent le plus grand nombre à les rejoindre ! Déjà le collectif CGT de Châteaulin répond présent.


Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués 2014
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 09:39

Bonjour à toutes et tous,

Je vais commence mon intervention par une citation.....

 

""Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"""

il s'agit d'une déclaration de Denis Kessler dans la revue Challenges le 4 octobre 2007. Kessler N°2 du MEDEF est tellement sûr de lui qu'il ne craint pas de dévoiler la stratégie du MEDEF. A l'époque il encourageait les réformes du nouveau gouvernement de Sarkozy.

L'histoire semble malheureusement se répéter, le MEDEF actuel doit se réjouir de voir cette feuille de route, destructrice pour l'ensemble de nos acquis sociaux, toujours suivie par le  gouvernement "WALLS" récemment remanié.

Face à une situation économique et sociale qui s’aggrave, dans une société où la qualité du « vivre ensemble » se dégrade, il est urgent d’intervenir et ne pas laisser faire :

urgent de dire haut et fort que les solutions apportées sont à des années-lumière des besoins des salariés !!!!

Les orientations du nouveau gouvernement ne répondent en effet en rien aux aspirations des salariés et ne règleront rien. Le vote-sanction que les électeurs ont voulu infliger au gouvernement lors des dernières élections municipales n’a visiblement pas été entendu.

 Le gouvernement remanié a clairement choisi d’enfoncer un peu plus le clou des mesures d’austérité, en commençant par imposer l’austérité salariale dans le secteur public comme dans le privé.

Dans une France où la courbe du chômage ne cesse de grimper alors que celle du pouvoir d’achat continue de chuter.

Dans cette france où 1 jeune sur 4 est au chômage Il y a des chiffres qui parlent :

Progression du Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) :  + 15,8 % sur 1 an.
Progression encore du Chômage Très Longue Durée (+ de 3 ans) : + 17,6 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, progresse lui aussi + 11,2 % sur 1 an.

+ d'1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52,3 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE.

Notre région n'est pas épargnée : grosses difficultés des volaillers Doux et Tilly-Sabco, la fermeture du site de Poullaouen par Marine Harvest, numéro un mondial du saumon fumé, et celle de l’abattoir porcin de Gad, à Lampaul-Guimiliau.

Dans cette France où les plus anciens voient leurs pensions rabougries, où les salaires, du public comme du privé, sont bloqués depuis de nombreuses années, et où plus de 80 % des embauches sont réalisées en CDD,

 la situation des salariés n’a jamais été aussi fragile.

Jamais, pourtant, les salariés ne se sont vus imposer autant de sacrifices pour le seul bénéfice du patronat ;

« Zéro charges » pour les salaires payés au Smic, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires.
• 2 € de plus par jour pour un salarié payé au Smic, à travers la diminution imposée de ses cotisations sociales, ce sera aussi, concrètement, pour lui, dès 2015, le « choix » entre des frais de couverture sociale supplémentaire ou des droits en moins.
19 milliards d’économies sur le budget de l’État : ce sera une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, une réduction des services publics et de leurs missions, moins d’infirmières, de professeurs, de policiers…

10 milliards d’économies sur l’Assurance-maladie : ce ne sera certainement pas un meilleur remboursement des médicaments et des soins, ni une meilleure prise en charge des assurés.
• En revanche, 30 milliards d’euros de cadeaux supplémentaires au patronat : c’est un nouveau détournement de notre budget commun, alors que, chaque année, chaque habitant français donne déjà plus de 3 000 € en aides diverses aux entreprises soit disant pour préserver l’emploi, sans aucune garantie que cet argent serve à l’emploi et encore moins à l’investissement.

Cette situation n’est pourtant pas une fatalité : d’autres choix visant le progrès social sont possibles. Pour cela, il faut s’unir pour agir, se rassembler pour gagner.

Le 4 avril dernier, les travailleurs de tous les pays européens, unis, avec leurs syndicats, ont montré leur capacité à se rassembler massivement pour dénoncer les politiques d’austérité imposées par les États membres de l’Union et les institutions européennes et exiger un plan de relance des investissements et la création d’emplois de qualité.

Pour sortir de l’austérité et ouvrir une nouvelle période de progrès social, nous exigeons :
l’augmentation des pensions et des salaires ;
la mise à plat et l’évaluation de toutes les aides publiques accordées aux entreprises ;
• une vie meilleure, faite de justice sociale ;
• le respect des droits fondamentaux des êtres humains partout dans le monde, à commencer par le droit à un travail décent, reconnu et valorisé ;
• un débat national sur la répartition des richesses créées par notre travail.

 

 

Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création d’emplois de qualité.

Tous ensemble manifestons pour faire entendre notre volonté de justice sociale et notre détermination à offrir un avenir à notre jeunesse sacrifiée elle aussi sur l'autel de l'ultra libéralisme.

Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social.

Je terminerai par cette question :

"Que penserait Jean Moulin, ancien préfet de Châteaulin, de la remise en cause du programme du CNR par un gouvernement qui se dit de Gauche? "

Nous terminerons donc symboliquement notre défilé devant la stèle du grand résistant à l'origine " des jours heureux " ce programme de gouvernement adopté à l'unanimité par le Conseil national de la Résistance français le 15 mars 1944.

 

 

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 08:24

Le syndicat de la CGT a organisé un rassemblement ce jeudi 1er mai à Châteaulin. Les sympathisants ont ensuite défilé dans la ville.

 

 

Environ cinquante personnes étaient présentes ce jeudi à Châteaulin. Jean-François Oger, du collectif de la CGT du bassin de Châteaulin a dénoncé lors de son discours la politique d'austérité menée actuellement par le gouvernement.

Les adhérents et sympathisants de la CGT ont ensuite défilé dans les rues de la commune et ont symboliquement finit leur marche devant la statue du résistant Jean Moulin : "Que penserait Jean-Moulin ancien préfet de Châteaulin de la remise en cause du programme national du Conseil national de la Résistance par un gouvernement qui se dit de gauche?", s'est ému Jean-François Oger.

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin - dans Presse 2014
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 08:10

Pour les salaires, l’emploi, les missions publiques, contre l’austérité !!!

 

Alors que le gouvernement se cramponne toujours à son refus de négocier les conditions salariales de cinq millions de fonctionnaires, la mobilisation unitaire (CGT, CFDT, CFTC, FSU, Solidaires, Unsa, FA-FP) pour ce jeudi 15 mai s’annonce massive, tant au niveau local que des différents corps de métier de la fonction publique (Fonction publique territoriale, fonction publique hospitalière et fonction publique d’État).

 

Plus de 100 manifestations et rassemblements vont avoir lieu sur tout le territoire. Et comme les services publics, c’est l’affaire de tous, la fédération CGT des Organismes sociaux appelle ses salariés, mais aussi tous les assurés – actifs, retraités ou sans emploi – à se joindre à la manifestation. Les fonctionnaires de la ville de Paris se joignent aussi au mouvement : la CGT et FO ont déposé un préavis de grève pour les agents de la direction de la communication.

Parmi les nombreuses initiatives qui marquent ce mouvement, on peut aussi noter que la fédération CGT des Services publics, en plus de son préavis de grève, se joint à la Fédération européenne des services publics et à l’Union générale des fédérations de fonctionnaires pour appeler à manifester dès 10h30, devant l’ambassade de Grèce à Paris, le peuple grec étant sous la menace d’une privatisation de l’eau.

Au travers de ces revendications unitaires, tous seront réunis pour dénoncer le blocage de la valeur du point d’indice, le ralentissement des avancements, la stagnation des grilles indiciaires, mais aussi la précarisation de l’emploi public :

  • Revalorisation immédiate du point d’indice.
  • Refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des qualifications.
  • Intégration d’une large partie des primes dans le traitement indiciaire.
  • Égalité salariale entre les femmes et les hommes.
  • Emplois statutaires pour faire face aux besoins.
  • Perspectives de carrière et de mobilité choisie pour tous les agents.
  • Possibilité d’exercer des missions de service public dans des conditions décentes.

 

Rassemblement 10 h 30 Place de la résistance à Quimper.

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués 2014
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 00:00
1er Mai 2014
Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués 2014
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 13:08

Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création d’emplois de qualité.

 

 

Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social.

 

 

 

Le collectif CGT du bassin de Châteaulin appelle tous les salariés, retraités et demandeurs d’emploi à venir nombreux le 1er mai


à Châteaulin place de la résistance à 10 H30.

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués Collectif Châteaulin 2014
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 19:13

 

1erMaiTelechargement.jpg

 

 

Partout dans le monde, la prochaine Journée internationale du travail sera

l’occasion de voir descendre dans les rues des milliers de salariés, de privés

d’emploi et de retraités afn d’exiger la mise en œuvre de véritables politiques

de progrès social. En France, où la courbe du chômage ne cesse de grimper

alors que celle du pouvoir d’achat continue de chuter, tous les salariés sont

appelés à se rassembler pour faire de ce 1er Mai 2014 un véritable événement

au cœur d’un printemps social.

    Saisissons-nous de cette journée pour exiger, ensemble, ce que, chaque jour, chacun et chacune d’entre nous n’a pas toujours la force de revendiquer.    
    Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions    
 de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création d’emplois de qualité.    
    Seul ou en famille, entre amis ou avec des collègues de travail, syndiqués ou non syndiqués, manifestons pour faire entendre notre volonté de justice sociale et notre détermination à offrir un avenir à la jeunesse.    
    Face à une situation économique et sociale qui s’aggrave, dans une société où la qualité du « vivre ensemble » se dégrade, il est urgent d’intervenir et ne pas laisser faire : urgent de dire haut et fort que les solutions apportées sont à des années-lumière des besoins des salariés.    
    Les orientations du nouveau gouvernement ne répondent en effet en rien aux aspirations des salariés et ne règleront rien.    
    Le vote-sanction que les électeurs ont voulu infliger au gouvernement lors des dernières élections municipales n’a visiblement pas été entendu. Le gouvernement remanié a clairement choisi d’enfoncer un peu plus le clou des mesures d’austérité, en commençant par imposer l’austérité salariale dans le secteur public comme dans le privé.    
    Dans une France où 1 jeune sur 4 est au chômage où les plus anciens voient leurs pensions rabougries, où les salaires sont bloqués depuis de nombreuses années, et où plus de 80 % des embauches sont réalisées en CDD, la situation des salariés n’a jamais été aussi fragile. Jamais, pourtant, les salariés ne se sont vus imposer autant de sacrifices pour le seul bénéfice du patronat.    
 • « Zéro charges » pour les salaires payés au Smic, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires. 
  • 2 € de plus par jour pour un salarié payé au Smic, à travers la diminution imposée de ses cotisations sociales, ce sera aussi,    

• 9 milliards d’économies sur le budget de l’État : ce sera une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, une réduction des services publics et de leurs missions, moins d’infirmières, de professeurs, de policiers…

• 10 milliards d’économies sur l’Assurance-maladie : ce ne sera certainement pas un meilleur remboursement des médicaments et des soins, ni une meilleure prise en charge des assurés.

En revanche, 30 milliards d’euros de cadeaux supplémentaires au patronat : c’est un nouveau détournement de notre budget commun, alors que, chaque année, chaque habitant français donne déjà plus de 3 000 € en aides diverses aux entreprises soit disant pour préserver l’emploi, sans aucune garantie que cet argent serve à l’emploi et encore moins à l’investissement.

Cette situation n’est pourtant pas une fatalité : d’autres choix visant le progrès social sont possibles. Pour cela, il faut s’unir pour agir, se rassembler pour gagner.

Le 4 avril dernier, les travailleurs de tous les pays européens, unis, avec leurs syndicats, ont montré leur capacité à se rassembler massivement pour dénoncer les politiques d’austérité imposées par les États membres de l’Union et les institutions européennes et exiger un plan de relance des investissements et la création d’emplois de qualité.

 

 

Pour sortir de l’austérité et ouvrir une nouvelle période de progrès social, rassemblons-nous le 1 Mai prochain pour :

• l’augmentation des pensions et des salaires ;

• la mise à plat et l’évaluation de toutes les aides publiques accordées aux entreprises ;

• une vie meilleure, faite de justice sociale ;

• le respect des droits fondamentaux des êtres humains partout dans le monde, à commencer par le droit à un travail décent,

reconnu et valorisé ;

• un débat national sur la répartition des richesses créées par notre travail.

Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés

et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social.

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués 2014
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 12:39

Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées.

La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013… Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance.

Et c’est possible !

Diviser par deux les dividendes des actionnaires libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, permettrait de revaloriser le SMIC et le point d’indice dans les fonctions publiques. Cela créerait de l’emploi et garantirait le financement de la Sécurité sociale.

En ouvrant le débat sur le « coût du capital » pour répartir autrement la richesse produite, la CGT veut rétablir la vérité. Elle veut démontrer que ce qui coûte ce n’est pas le travail, c’est le capital. Aujourd’hui, en moyenne un salarié du privé travaille 45 jours par an pour payer leurs dividendes aux actionnaires.

La campagne sur le « coût du travail » orchestrée par le Medef ne vise qu’à culpabiliser les salariés et à permettre à une minorité d’accaparer les richesses produites par notre travail.

Pour changer de logique de développement, pour changer la donne, nous le savons, le monde du travail doit s’organiser se rassembler , s’unir et agir…

C’est pourquoi la CGT propose, dans l’unité la plus large, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public, le 6 février 2014. Sur les lieux de travail, agissons pour porter nos revendications et retrouvons nous nombreux pour manifester tous ensemble.

Pour être plus forts, se défendre, gagner des droits, prenez toute votre place dans la CGT en vous syndiquant.

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués 2014
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 13:05

Le collectif CGT du bassin de Châteaulin vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2014

 

ballon-CGT.JPG

 

 

TOUTES LES RAISONS DE REVENDIQUER le 6 FEVRIER 2014

 

Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentementne manquent pas.

Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées.
La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013…

C’est pourquoi la CGT propose, le plus unitairement possible, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public.


le 6 février 2014, sur les lieux de travail, les territoires et, partout en France.

Manifestons ensemble !

 

 

Pour acceder aux Voeux de la CGT : 

 

lien vers le site CGT

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin Collectif de Châteaulin - dans Communiqués Collectif Châteaulin 2014
commenter cet article