Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • Collectif CGT du Bassin de Châteaulin
  • : Blog d'informations et de contact avec le collectif CGT du Bassin de Châteaulin.
  • Contact

2015

Recherche

2014

 

2013

3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 13:10

Doux. Une usine à vendre à Châteaulin

Le Télégramme  3 juillet

Les offres de reprise du groupe Doux seront officiellement présentées vendredi. En attendant, l'administrateur judiciaire a décidé de vendre une nouvelle usine de traitement des coproduits.


Quels repreneurs pour le groupe?
Aucun dossier n'avait été déposé hier soir. La date butoir a été fixée à jeudi18 h. «Le délai est très court, il faut s'attendre à des candidatures de dernières minutes», remarquait hier l'avocat du groupe Doux. Outre les candidats déjà cités (Le Télégramme de samedi), LDC, Glon-Sanders, Terrena, Triskalia, Cavac ou encore Tilly-Sabco dans des combinaisons différentes, on évoque désormais des repreneurs chinois, ukrainiens, saoudiens et différents fonds d'investissement européens. Un économiste proche du dossier considère que «pour les Chinois très préoccupés par la sécurité de l'approvisionnement alimentaire de leur immense pays, Doux pourrait être intéressant». Mais à l'ambassade de Chine, on n'a, pour l'instant, enregistré «aucune candidature». L'arrivée d'un investisseur ukrainien semble «moins crédible» aux observateurs, «au regard des difficultés que connaît ce pays actuellement». En revanche, l'intervention de fonds d'investissement en provenance du Moyen-Orient «apparaît séduisante, c'est le retour de l'argent du pétrole que nous leur versons». Reste qu'Arnaud Montebourg veut privilégier une solution française...

L'usine de farine de Châteaulin est à vendre.
À plusieurs reprises, le gouvernement s'est aussi prononcé «contre le démantèlement» du groupe. Pourtant, l'usine de farine (à base de coproduits) de Châteaulin a été mise en vente, hier. L'administrateur judiciaire estime qu'une cession partielle du groupe n'entre pas en contradiction avec l'appel d'offres global. 18 salariés travaillent dans cette unité châteaulinoise. Après l'acquisition d'un site identique à Plouray, la Saria est à nouveau sur les rangs. Dans le Morbihan, le spécialiste du traitement des déchets avait marqué un point en conservant les 22salariés et en leur maintenant leur ancienneté.

Que devient l'aide de quatremillions d'euros de la Région?
Votée la semaine dernière, l'attribution de 4M€ aux aviculteurs et transporteurs qui travaillent pour Doux n'est pas encore effective. Les aviculteurs sont actuellement invités à remplir des formulaires pour évaluer leurs créances. De plus, la Région s'est rapprochée de l'Europe pour vérifier la conformité avec la réglementation européenne en matière de subventions. Une bonne nouvelle cependant:l'un des principaux fournisseurs en énergie des éleveurs vient de se voir attribuer une avance de 240.000 € et ne se fait donc plus tirer l'oreille pour livrer.


 

Doux. Le gouvernement veut "une solution globale et française"

Le telégramme  l2 juillet 2012

 

Le gouvernement privilégie "une solution française" et "globale" pour la reprise du groupe volailler Doux a indiqué ce lundi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à quelques heures de la date limite de dépôt des candidatures de reprises.

"Notre souhait est que le groupe Doux fasse l'objet d'une reprise globale, nous refusons la stratégie du dépeçage et du démembrement", a déclaré Arnaud Montebourg lors d'une conférence de presse. "Nous privilégions une solution française", a-t-il ajouté, sans citer de noms d'éventuels repreneurs.

"Stratégie de relance globale de l'entreprise"
"Nous défendons une stratégie de relance globale de l'entreprise avec le maintien de l'ensemble de l'activité économique et du plus grand nombre d'emplois, ainsi que des relations contractuelles avec les éleveurs", a expliqué Arnaud Montebourg.

"Faire vivre le groupe Doux dans sa configuration actuelle"
"Nous travaillons à une stratégie de reprise avec des apporteurs de capitaux, des opérateurs industriels en mesure de faire vivre encore longtemps le groupe Doux dans sa configuration actuelle", a promis le ministre du Redressement productif.


Doux a été placé le 1er juin en redressement judiciaire. Les offres de reprise peuvent être déposées jusqu'au jeudi 6 juillet au tribunal de commerce de Quimper. Les salariés du groupe volailler, qui emploie 3.400 salariés et fait travailler entre 700 et 800 éleveurs, seront fixés sur leur sort le 6 juillet, lors d'un comité central d'entreprise. 

 

Partager cet article

Repost 0
Collectif CGT Châteaulin - dans Presse 2012
commenter cet article

commentaires